​© Copyright Fous Sans Blanc. tout droits réservés.

Don 100% reversé aux FSB

Anecdotes à la chaine

Bon allez, je me lance avec une orthographe approximative dans la narration de deux ou trois anecdotes FSB.

 

- Au début des FSb les repas était essentiellement composé de spaghettis crus. Pas de cuisine, pas d'assiette, nous achetions un paquet de pâtes et nous les croquions en nous régalant et en rigolant... comme toujours !

 

- Xavier, un des fondateurs des FSB était boulanger en même temps qu'il faisait la tournée. Il suivait donc deux tournées... celle des FSB et celle du matin avec du pain dans sa camionnette. Un matin, quelques tonneaux ont eu raison de sa double casquette. En se réveillant,au milieu d'un près , il a décidé de lui même d'arrêter ses conneries, il a arrêté le pain.

 

- La première date de la tournée était à Palavas, nous devions jouer "La Maison de poussière" dans la salle de réunion de la mairie. En arrivant sur place, il faisait beau, la salle était trop petite et étouffante... j'ai suggéré qu'on joue dehors... Les FSB étaient né !

 

- Plusieurs années plus tard, il n'y a rien de chronologique dans ma narration puisque les FSB sont éternels, je me souviens de tous les FSB autour d'une machine à coudre en train d'apprendre à se servir de l'appareil. Respectant la règle de transmission, une fille s'était mis en tête de faire de nous des "un peu plus que moins que rien"... sans être un échec, sa mission a été un oVNI.

 

- Je passerai en vitesse sur le nombre de kilomètres impressionnants que nous avons fait faire au camion avec la seule force de nos mains.

 

- En 2010, nous avons réalisé une carte postale pour la nouvelle année en inscrivant le texte sur nos illustres fesses. J'avais été dispensé pour cause de pudeur maladive due à mon âge avancé. On avait mis les fesses noires pour faire le blanc entre Les FSB et 2010... pas bête. Ca n'a pas marché parce que le jour de l'an été passé depuis longtemps

 

- Une fois, j'avais eu la merveilleuse idée de planter les projecteurs en haut d'une pique en fer et directement attachés aux gradins. L'idée était bonne car nous pouvions ainsi ne pas prendre les pieds de projos. Le premier soir, en touchant le gradin, je m’électrocute. Un des projos n'était pas en état, il y avait une fuite électrique qui s'est transmise dans la pique en fer et dans le gradin.... si je n'avais pas eu la chance de m'électrocuter, nous aurions tué 40 personnes... et quelques enfants... tous innocents, bien sûr !

 

- A propos de l'électrique, il nous ait arrivé une très belle histoire une fois.

Nous jouions le Cabaret des Anges... une pièce sur un paradis possible, envisageable, souhaité et paradisiaque dans sa poésie... dans l'Abbaye de Mazan. Au milieu de la répétition, il s'est mis à pleuvoir très très peu, et les quelques gouttes qui tombaient n'ont rien trouvé de mieux que de tomber pile poil sur les ampoules de la rampe et du décors. Au fur à mesure que nous jouions, le texte était ponctué de claquement d'ampoule qui explose. Le public était subjugué, il croyait que c'était fait exprès.

- Dans ce spectacle, il y avait aussi un chien qui jouait le rôle

de Dieu et qui, à la fin, se levait de son panier pour venir se

mettre dans la ligne et saluer...

ça parait incroyable et pourtant ! Elle s'appelle Moukta

 

- Cette tournée avait été suivi par un pickpocket et par un magicien

qui sortait de prison et qui faisait notre première partie.

 

- A cette époque, nous nous levions tout les jours, avec Leïla, deux heures avant tout le monde pour faire le pain et le cuir. J'ai le souvenir de séances de malaxation qui n'était pas marquées par le signe de l'enthousiasme.

 

- Nous avons joué une représentation du Roi Peter à Payzac, devant 400 personnes. C'etait peut-être même 500, je ne me souviens plus. Il y avait du monde partout, même sur la scène et derrière le décor. C'est notre plus grosse affluence et un sacré souvenir.

 

- Tout les ans, à Beaumont, il y a des gens qui viennent et qui payent l'entrée avec des courgettes ou du pain. Nous sommes les FSB !!!!!

Une fois, dans la même ville, il y a un gars qui est venu avec son âne qui a regardait le spectacle... sans payer bien sur !

 

- Une fois, nous avons voulu faire la première partie de la tournée en Charrette. Nous avions tous ce qu'il fallait pour... le cheval et bien sur la charrette. Le premier jour, une voiture passe un peu près de l'animal qui s'affole, se cabre et balance la charrette dans le ravin... Léonard était à bord et a sauté juste avant... Cette événement a marqué la fin de notre tournée comme des vrais saltimbanques et nous avons redonné notre pognon aux milliardaires qui maintenant achètent nos équipes de foot avec ce même pognon... le monde est vraiment écœurant.

 

- Un fois, nous avons voulu fabriquer un cirque et avec 3 bout de bois et quelques cagettes, nous avons réussi.

 

- Je me souviens que nous avons fait la même chose avec un bateau de pirates

 

- Une des plus belles représentations des FSB a eu lieu à Ajoux pour le Cirque des Perruches. Il pleuvait dehors et nous ne voulions pas lâcher l'affaire. En cherchant, nous avons trouvé la "Baronne" une aristocrate campagnarde qui nous a invité dans sa grange. Nous avons joué devant une 20ène de personnes et c'était magique de beautés, d'odeurs et de plantes qui courraient sur les murs. Après la représentation nous avons fait un bal à deux balles bien plus beau que tout les feux d'artifices.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now